Pour cette troisième interview, [X], rédacteur en chef du site Calciomio, consacré au football italien, a accepté de répondre à mes questions. Merci encore à lui, et bonne année à tous !

calciomio

Salut ! Merci d’accepter l’interview. Pour commencer peux-tu te présenter, ainsi que le fonctionnement du site dont tu es maintenant le rédacteur en chef ?

[X]

Calciomio est un site qui fonctionne grâce à une équipe d’une vingtaine de rédacteurs bénévoles qui transmettent leur passion et leur expertise du Calcio à travers les articles que nous publions tous les jours régulièrement.

Calciomio est doté d’un forum très actif, il y a une vraie communauté francophone autour du foot italien ?

Le forum calciomio est un endroit très convivial ou les habitués (et les nouveaux) peuvent se retrouver pour débattre du Calcio en toute liberté. Le petit plus par rapport aux autres sites de sport est que la discussion avec l’équipe de rédaction et moi même est possible et même régulière. Pour la communauté francophone, bien sûr qu’il y en a, et beaucoup plus qu’on ne le pense. On parle quand même de la Serie A.

La presse italienne est mise en lumière sur le site, quel est son poids dans le football italien ? D’ailleurs, un mot sur le transfert de Paolo de Paola ?

Oui nous traitons la presse avec une revue journalière des gros titres des quotidiens sportifs transalpins. Concernant son poids il est très fort et très ancré dans la culture foot là bas. Tout peut aller très vite en Italie et notamment avec la presse. Il n’y a jamais de demi-mesure. Je me rappelle encore les titres « quelle déception » en parlant de Patrice Evra après quelques matchs à la Juventus. Aujourd’hui il est indéboulonnable sur le flanc.

Le transfert de De Paola du coup témoigne de l’importance de la presse dans le paysage du calcio. C’est toujours la guerre entre ces trois journaux et les journalistes ne manquent pas de soulever les polémiques. J’ai l’impression quand même que depuis Calciopoli y a une certaine parano autour de l’arbitrage. C’est dommage mais c’est l’Italie ! Maintenant ce transfert montre aussi la versatilité dans le monde de la presse et qu’il ne faut pas toujours prendre ce qui est écrit au premier degré. La plupart du temps c’est à celui qui aura la meilleure punchline. En France c’est vrai qu’on est plus nuancé là dessus.

Depuis quelques années, la Serie A était présenté comme sur le déclin, tant au niveau sportif que financier. Qu’en était-il de la passion des supporters ?

Je reviens juste sur le terme « déclin ». C’est une petite blague. Oui il y a eu un coup de moins bien. Mais déclin c’est un terme fort. Quand on demande aux gens pourquoi ils disent la Serie A sur le déclin, ils te répondent « il n’y a plus personne qui joue là bas ». Un argument pauvre malheureusement et qui démontre que c’est plutôt un désintérêt marketing qu’un réel déclin. Ce qui fait marcher un championnat c’est le clinquant, du Ronaldo, du Messi, du Neymar, du Robben ou du Guardiola. Le cas Higuain par exemple. Au Real il était vu comme une pépite. En France Domenech s’est même battu pour qu’il prenne la nationalité française. Depuis qu’il est à Naples, on a vu plein de gens qui l’ont déclaré fini. Pourtant il en est cette saison à 14 buts en 16 matchs. Pas mal pour un pré-retraité. Alors oui, les jolies pelouses vertes de la Premier League et le kick and rush sont plus attrayants quand on voit les droits TV actuels. Mais plus efficaces ? Pas sûr. Ceci dit il n’y a pas un déclin anglais aussi ? Et Français avec Angers et Nice en haut du classement et les crises Lyonnaise et Marseillaise ?

Les supporters vont globalement moins au stade en Italie. Il ne faut pas oublier que c’est un pays en crise et que la population subit encore les difficultés financières. Après il y a une véritable passion en Italie des tifosi pour leur club. Une ferveur intense. Alors oui forcément quand on regarde l’Inter à la TV, on voit un San Siro à moitié vide. Mais il ne faut pas oublier qu’il fait plus de 80 000 places d’où l’impression qu’il n’y a personne au stade. Pourtant l’Inter est le club qui ramène le plus de monde au stade (54 000 personnes de moyenne). À titre de comparaison : Stamford Bridge fait 41 000 places et le Parc des Princes 50 000. Quand on dit que le visuel est important. Strass et paillettes d’abord.

La « passion partisane » pour reprendre les mots de Christian Bromberger, se manifeste en grande partie au stade. Mais là, la situation est inquiétante ; je fais référence ici à l’article « Apocalypse Now, stades italiens vers l’oubli« . Comment la Serie A en est arrivé là ?

Manque de contrôles, manque de rénovations (depuis 1990) et politiques pas franchement concernées. Après il y a des initiatives qui se montent avec la volonté de construire son propre stade ou encore de racheter son enceinte. Le souci, et l’article le dit bien c’est qu’il faut investir des fonds privés dans des biens publics. Et là en général ça coince. Mais clairement il faut tirer la sonnette d’alarme. Mais je crois quand même qu’un pas en avant a été fait.

Néanmoins, on assiste à un renouveau salvateur du championnat italien, avec notamment de beaux parcours européens qui signent une remontée au classement UEFA sur l’Angleterre. Est-ce un vrai tournant ?

Les clubs anglais ont connu un gros couac l’année passée en coupe d’Europe. Cette saison je ne sais pas s’ils feront mieux que l’Italie. À part City, Chelsea et Arsenal ont des tirages franchement compliqués en Champions League. En Italie en ce moment on a la chance d’avoir quasiment tous les top clubs qui reviennent à un haut niveau ce qui n’est pas forcément le cas en Angleterre (Liverpool, Chelsea) ou en France (Lyon, Marseille). Depuis que l’Europa League est à nouveau prise au sérieux par l’Italie, les choses changent et c’est tant mieux.

Le jeu en Italie est-il aussi défensif et stérile comme on a souvent pu l’entendre, ou voit-on plus d’audace et de de créativité (je pense par exemple à la Fiorentina qui aime construire, avec des joueurs comme Borja Valero) ?

Un jeu défensif n’empêche pas de voir des buts et de belles choses. Et en Italie il y a des buts. C’est il me semble le championnat le plus prolifique la saison dernière non ? (Ndlr : 2014/2015 : Serie A 2,7 ; Liga 2,67 ; PL 2,6 ; L1 2,5 ; Bundesliga 2,45) Souvent les gens ne comprennent pas quand on parle de culture tactique en Italie. Alors oui le jeu est plus fermé du fait du gros travail réalisé par les milieux de terrains, notamment en phase défensive. Mais cette saison encore c’est un vrai régal. D’ailleurs il n’y a eu que sept 0-0 en 16 journées. Qui dit mieux ?

La Serie A semble toutefois manquer encore d’attractivité vis à vis des autres gros championnats, je suppose à cause du déclin de clubs emblématiques tels que les deux Milan. L’arrivée d’investisseurs change la donne ? Sur Calciomio, un sondage a même estimé que l’Inter avait réalisé le meilleur mercato italien cet été.

Les investisseurs oui et non. Pour les clubs milanais qui ont connu des épisodes de gestion désastreux, c’est salvateur. L’Inter peut remercier Thohir pour cet été et l’arrivée de Mancini, ce qui lui permet d’être en tête de Serie A pour le moment. Jamais cette situation n’aurait pu être envisagée sous Moratti en effet. Concernant le Milan AC, la page n’est pas tournée encore avec Berlusconi et Galliani. Le Fair Play financier a changé les règles aussi et il a fallu équilibrer les comptes rapidement. Après, un club comme la Juventus par exemple n’a pas eu besoin de milliardaire Russe pour réaliser un parcours quasi-parfait l’année dernière. Pour moi, une gestion intelligente et une société qui sait mener un projet sont les deux piliers de la réussite. Un club comme Leicester explose en Angleterre et pourtant, leur effectif n’est pas bâti à coup de millions. L’argent rend les choses plus facile certes mais sans une gestion intelligente pour le gérer il est inutile (le cas de l’Anzhi ou la disette d’Arsenal).

Cette saison parait être l’une des plus excitante au niveau du suspens, avec plusieurs clubs en lice pour le scudetto, un niveau intéressant chez de nombreux clubs, des places européennes disputées. Est-ce la fin de la domination de la Juventus ?

Dans des circonstances différentes la Juventus a bénéficié du déclin du Milan AC et de l’Inter. Tout comment les nerazzurri avaient bénéficié de la chute de ses deux rivaux lors de Calciopoli. Désormais tout le monde a bien relevé la tête et la situation se corse. Pour moi en terme de force collective et d’individualités, la Juventus conserve un petit quelque chose en plus pour le Scudetto. Mais elle est moins forte que l’année passée, c’est une certitude.

sacchi

Parlons maintenant des sujets qui fâchent : Arrigo Sacchi, peut-être le plus grand monsieur du football italien, avait exprimé son inquiétude de voir autant de joueurs étrangers jouer en Serie A et en équipe de jeunes. Relent raciste/xénophobe ? Crainte concernant les jeunes italiens en manque de temps de jeu ? Les deux ?

Moi j’ai un avis partagé sur la question. Alors oui il faut faire jouer des jeunes italiens et des italiens dans les clubs de Serie A. Mais avant de vouloir les faire jouer il faudrait d’abord songer à leur formation non ? Certes quelques exceptions ont explosées ailleurs comme Verratti au PSG, mais sinon ils sont où les jeunes talents italiens ? Pourquoi les grands européens ne se jettent pas dessus puisque les clubs italiens ne les font pas jouer ? Il y a bien quelques exemples, mais ça ne court pas franchement les rues.

Je ne pense pas que la faute soit à mettre sur le dos des clubs uniquement. L’Inter a essayé avec Ranocchia ou encore Santon, mais manifestement ce ne seront jamais des top players. Le Milan AC a bien Balotelli (en éternelle relance), Bertolacci et Romagnoli pour les faire progresser. Mais la compétitivité en souffre forcément sur le plan européen. Aujourd’hui il n’y a pas 40-50 joueurs de top niveau de nationalité italienne. La Juventus a la chance d’avoir bloqué Buffon, Chiellini et Marchisio. Mais aujourd’hui à la place d’Higuain, Murillo, Valero ou Hamsik, on met qui ? L’argument Sassuolo se tient aussi mais pour moi ce n’est que l’exception qui confirme la règle, et puis Sassuolo n’est pas encore une référence en terme de résultats sportifs même si l’équipe est en nette progression et possède un grand espoir (Berardi) pour la Nazionale. Rappelez vous en 2006, après avoir reçu son ballon d’or, Cannavaro avait dit qu’il y aurait un trou d’air pour la Nazionale car il ne voyait pas dans les jeunes qui arrivait de potentiels Nesta, Pirlo ou Del Piero. Il avait peut être raison.

Si les jeunes italiens ont du s’exiler de la Serie A pour rejoindre un gros club qui leur accorderait du temps de jeu (je pense à Verratti), qu’en est-il de la situation des entraineurs italiens, et ce dans un championnat réputé pour facilement changer d’entraineur ? Montella ne parvient pas à faire véritablement décoller sa carrière, Stramacioni est parti en Grèce, …

Il faut dire qu’avec Zamparini à Palermo, les stats de coachs licenciés sont faussées en Italie haha. Non plus sérieusement, l’Italie est intransigeante sur ses entraineurs. Les jeunes ont parfois du mal à se faire une place mais c’est le même problème que les joueurs. Le Calcio est différent. Faire du kick and rush ou du tiki taka en Italie ce n’est pas possible, vous perdez une jambe au passage. Alors attention, il est toujours possible de faire du beau jeu. Prenez Paulo Sousa par exemple à la Fiorentina. Mais les entraineurs italiens sont d’abord des tacticiens hors pairs. D’ailleurs à l’étranger ils réussissent plutôt bien (Ancelotti champion de France + LDC avec le Real, Ranieri est leader de Premier League avec Leicester, Di Matteo a remporté la LDC avec Chelsea). Montella a fait de belles choses à la Fiorentina, maintenant à la Samp il doit reconstruire une équipe qui a connu une transition difficile entre son changement d’entraineur et une élimination précoce d’Europa League. Pour Strama c’est pour moi un entraineur sur-côté. Sa promotion en A à l’Inter était un énième coup de folie-desperados de Moratti. Ça a marché au début puis il s’est planté avec un effectif sympathique mais un nombre de blessés incroyable. À l’Udinese pas de miracle non plus. La Grèce peut lui faire du bien pour s’aguerrir et revenir plus fort en Italie.

De manière générale, la Serie A est-elle correctement traitée médiatiquement en France, parce que c’est un championnat majeur, ou trouves-tu qu’il y a des lacunes à ce niveau là ?

Difficile d’être objectif mais je trouve que la Liga et la Bundesliga sont privilégiées (sans parler de la Premier League que tout le monde s’arrache alors qu’il n’y a franchement pas grand chose à voir ces derniers temps). Après c’est normal, en Europe ce sont les pays qui ont connu des succès sur le plan mondial et européen. Mais c’est vrai que la Serie A mériterait d’être plus médiatisée. Oui c’est moins glamour, mais ça pue tellement le foot. Heureusement en France on a Philippe Genin qui se bat sur BeinSport pour la Serie A et il le fait très bien.

Par contre pour la plupart des autres consultants ou journalistes, on voit très vite que la LV1 Calcio a été délaissée très vite à partir du moment où ils ont eu un micro dans les mains.

Un point que j’aurai oublié, un thème que tu aimerais aborder ?

La restructuration du site. On a changé notre façon de faire. On est plus sur la brèche à proposer de l’actualité non stop mais on propose d’autres choses. Le nouveau Calciomio est en train de se construire et il va y avoir plein de nouvelles choses en vue d’ici l’Euro. On a besoin de tout le monde !

Un papier dont tu es fier ?

Mon premier sur calciomio en 2013 forcément mais je serai bien incapable de vous dire lequel c’était. Sinon j’ai adoré écrire l’article d’adieu de Di Vaio. Et puis forcément mon premier édito pour le site « À l’aube de la huitième année« .

Peux-tu nous faire un XI type du début de saison selon toi ?

Facile, je suis en plein dedans avec ma rubrique « équipe du mois » que je tiens régulièrement sur calciomio.

Handanovic, Hysaj, Murillo, Koulibaly, Alonso, Medel, Hamsik, Insigne, Valero, Dybala, Higuain.

Avec ça tu gagnes la Champions League sans problèmes.

Merci d’avoir pris le temps de me répondre !


Retrouvez aussi Calciomio sur Twitter.